29
le meilleur des sorties pour enfants

XperienSea : plongée miraculeuse dans les abysses à Océanopolis !

Si aucune espèce n'a encore été découverte dans l'espace, les abysses renferment des créatures extraordinaires dont les formes et couleurs défient notre imaginaire !! Les Kidi-reporters Lucie, 12 ans, Dilwen, 11ans, et Sidonie, 7 ans, ont été invitées par Océanopolis à expérimenter une plongée inédite, en 3 D à la rencontre de calamar cacatoès, poisson-ogre et pieuvre Dumbo ! Mais comment font ces créatures improbables pour vivre dans ces plaines désertiques immergées dans le noir et le froid à  6 000 mètres de profondeur ?!!.

Les abysses sous les feux de la rampe à Océanopolis !!

Plus d'hommes ont exploré l'espace que plongé dans les abysses les plus profondes... Et pourtant, l'exploration des profondeurs extrêmes des océans a révélé que la vie s'y développe sous des formes les plus improbables et que de nombreuses espèces y brillent de mille feux ! Pas étonnant que les abysses soient sous les feux de la rampe cet été à Océanopolis !!

Salle comble dans l'auditorium du pavillon Bretagne. Plongés dans le noir, les spectateurs ont chaussé leurs lunettes 3 D et attendent le début de la séance d'Abyss 3D, l'animation phare de l'été conçue par Océanopolis. Rien que le titre "Abyss 3D" suscite la curiosité des kidi-reporters qui sont impatientes de découvrir ce mystérieux univers.

Le poisson-ogre remonte durant la nuit pour se nourrir à la lumière des étoiles

La médiatrice scientifique monte sur scène et telle une magicienne fait apparaître de fascinantes créatures en 3 D sur un écran géant. 

Affublé d'une mâchoire disproportionnée et de crocs affûtés, un poisson-ogre émerge devant nous plus menaçant que jamais ! " Pas de panique, malgré son air terrifiant, ce poisson ne mesure pas plus de 16 cm ! " nous rassure l'animatrice. " Le jour, ces poissons restent dans les profondeurs sombres et, le soir, ils remontent vers les couches supérieures de la colonne d'eau pour se nourrir à la lumière des étoiles avant de retourner en eau profonde à l'aube. " La médiatrice scientifique contrôle par la voix et le mouvement de ses mains un ordinateur équipé d’outils détecteurs de mouvements et de reconnaissance vocale. Cette animation a l'avantage de rapprocher le public de ces étonnantes espèces et son côté futuriste impressionne les filles.

Des poissons de cirque et des créatures de Star Wars !!

Puis, c'est au tour de la baudroie abyssale de défiler. Elle semble sortir tout droit d'un film d'horreur ! Planté sur sa tête, son appendice contenant des millions de bactéries luminescentes, s'agite comme une canne à pêche afin d'attirer directement les proies dans sa gueule. Impressionnées, les filles se rappellent l'avoir déjà rencontré dans le film Le monde de Némo, quand Marin et Doris échappent de justesse à ses grandes dents !

Apparaît cette fois à l'écran le visolaire qui semble nous observer de ses gros yeux globuleux. " On dirait un poisson qui vit dans un cirque ! " s'exclame Sidonie. " La rétine des yeux de cette espèce dispose de bâtonnets qui l'aiderait à percevoir de la couleur dans les abysses " précise l'animatrice. Puis, Lucie reconnait le poulpe bijou à ventouses lumineuses qui utilise la bioluminescence au bout de ses tentacules comme un leurre pour attirer ses proies. Cette pieuvre gélatineuse appartient à un groupe surnommé les "poulpes Dumbo" en raison de leurs nageoires semblables à deux oreilles d'éléphant. " Ils sont trop mignons !! " applaudit Sidonie avec enthousiasme.

Enfin, la star des abysses, j'ai nommé le calamar cacatoès, surgit devans nous. " Un drôle d’oiseau celui-là " s'exclament les kidi-reporters qui admirent ses couleurs si exotiques : rose, rouge, orange, jaune et bleu pacifique. Avec ses tentacules en forme de houppette au-dessus de la tête, il est d'autant plus spectaculaire.

La bioluminescence pour se nourrir, se défendre ou se trouver un partenaire

Dans les abysses, entre 4 000 et 6 000 mètres de profondeur, il fait froid, il fait noir, la pression y est extrêmement forte et la nourriture rarrissime. Par quelle magie les habitants parviennent-ils à vivre dans ces conditions extrêmes  !?

Au fil de la présentation, la méditarice nous explique que les espèces abyssales se sont adaptées à cet environnement extrême en développant des capacités spécifiques parfois déroutantes, la plus connue étant la communication lumineuse. " Dans la pénombre, de nombreuses espèces parviennent à produire de la lumière via un processus chimique appelé "bioluminescence", comme le font sur terre les lucioles ou les vers luisants. Cette bioluminescence est utilisée par 90% des animaux profonds pour attirer leurs proies, se trouver un partenaire sexuel ou encore pour se défendre. " Telle cette espèce de ver aveugle qui largue des bulles bioluminescentes comme leurre pour tromper son prédateur avant de déguerpir. La pieuvre vampire, qui vit entre 500 m et 3000 m de profondeur, est dotée d'organes électroluminescents qui lui permettent non seulement d'attirer des proies, mais également de communiquer.

Pour se nourrir, on sait depuis le 19ème siècle, que de nombreuses espèces abyssales font le va-et-vient au quotidien depuis les profondeurs vers la colonne d'eau - la zone des cent mètres d'eau - où la lumière du jour pénètre encore et où elle puisent leur nourriture.

Des poissons gélatineux et des partenaires collants à vie !

Pour pouvoir supporter la pression très élevée - à - 5000 m la pression est supérieure à 500 fois celle existante en surface - certains habitants des grands fonds sont constitués de matières gélatineuses. Contrairement aux poissons de surface, ceux des abysses n'ont pas de vessie natatoire remplie de gaz. Leurs tissus sont essentiellement liquides ou gélatineux, donc pratiquement insensibles à la pression.

La densité des abysses étant très faible, il est très difficile d'y trouver un partenaire pour se reproduire. Si la baudroie abyssale se trouve un amoureux, c'est pour la vie ! Du haut de ses minuscules 3 cm, le mâle est beaucoup plus petit que la femelle. Lors de la reproduction, il mord la femelle et s'y fixe définitivement. Il se soude ensuite littéralement au corps de la femelle, et ses organes commencent à régresser, devenant un appendice de la femelle qui s'en sert pour se reproduire ! Les filles rigolent bien en imaginant la baudroie nager avec ses mini-mâles accrochés sur elle...

Les abysses sont devenues un lieu incontournable de la recherche !

Les conditions extrêmes des profondeurs - isolement, froid, pression écrasante et absence de lumière - ont conduit à une hyperspécialisation de la faune qui semble sortir tout droit de Vingt Mille Lieues sous les Mers de Jules Verne. L'auteur est d'ailleurs l'un des premiers à imaginer la possibilité de descendre à des profondeurs encore inexplorées à cette époque. Il faudra pourtant attendre 1930 pour que s'enfoncent les premiers explorateurs dans les profondeurs où ne pénètre pas la lumière, puis les premiers véhicules non câblés vont permettre de voyager dans les abysses. L'ère de l'exploration océanique commence réellement en 1964 avec le submersible Alvin qui remonte des images et des informations incroyables. Délaissée par les scientifiques à défaut de vie et d'intérêt, les grandes profondeurs s'imposent depuis comme un lieu incontournbale de la recherche ! L'animation SPLUJ propose justement de mieux comprendre le déroulement d'une campagne scientifique à bord du bateau océanographique brestois le Pourquoi-Pas ?

ABYSS 3D est proposée dans l'auditorium du pavillon Bretagne tous les jours, de samedi 13 juillet à dimanche 25 août inclus à 11h, 12h, 14h, 15h et 16h (30 mn).
À partir de 6 ans.
Animations incluses dans le prix d’entrée.
www.oceanopolis.com
Tarifs : à partir de 13.40 euros (de 10 euros, le samedi).

SPLUJ, Immersion sonore à bord du Pourquoi-Pas?

SPLUJ, Immersion sonore à bord du Pourquoi-Pas?

SPLUJ L'ÉCHO DES PROFONDEURS ABYSSALES : 2ÈME ANIMATION DES XPERIENSEA

Rendez-vous à l'amphithéâtre du pavillon Bretagne pour une toute autre approche des abysses. Avec Spluj - plongée en breton - nous nous apprêtons cette fois à vivre une expérience théâtrale en immersion sonore et sensorielle de plongée dans les abysses ! Ce spectacle co-réalisé par l'Ifremer et le Teatr Piba est une première pour les visiteurs d'Océanopolis qui sont invités à plonger dans un voyage poétique et fantastique.

Le journal de bord embarque les spectateurs dans l'aventure

Installés sur la scène, Charlotte Heilmann, et Christophe, artistes interprètes de la compagnie brestoise TEATR PIBA nous campe le décor : nous allons écouter un extrait du voyage écrit au cours de l'été 2017 par l'auteur et comédien David Wahl, lors d'une campagne scientifique à bord du fameux bateau océanographique Pourquoi-Pas ? dont le pport d'attache est Brest. Charlotte a d'ailleurs eu la chance de pouvoir également expérimenter une campagne et ainsi mieux nous la raconter.

Confortablement installées dans notre fauteil, nous sommes invitées à mettre notre casque sur les oreilles. La lumière s’éteint progressivement et nous voilà plongées dans la pénombre.

On se retrouve immédiatement aux Açores, au milieu de l’océan atlantique, à bord du Pourquoi-Pas ?

Durant plus de 20 minutes nous allons suivre la vie passionnante des passagers embarqués à bord de cette université flottante réunissant plus de 70 techniciens et scientifiques de plusieurs disciplines et spécialités. Au fil des pages du journal de bord, on suit les opérations et missions de l'équipage : récupérer une bouée errante dont le câble a été mystérieusement sectionné, immersions et retours du submersible Victor...

À chaque retour, le ROV remonte à la surface son lot d'images et d'informations inédites. Les profondeurs des océans restent inconnues à 95 %, et recèlent bien des trésors : les espèces inconnues et les précieux minéraux des grands fonds pourraient représenter des solutions pour l’avenir si l’on parvient à les exploiter de façon rentable, durable et responsable.  Le problème est que plus la vie est profonde plus elle est vulnérable...

SPLUJ est proposé dans l'amphithéâtre du pavillon Bretagne tous les jours, de samedi 13 juillet à dimanche 25 août inclus à 11h15, 12h30, 14h30 et 15h45  (30 mn).
À partir de 10 ans.
Animations incluses dans le prix d’entrée.

www.oceanopolis.com
Tarif d'entrée : à partir de 13.40 euros (de 10 euros, le samedi).

Les kidi-reporters ont adoré les XperienSea

>> Une découverte épatante à partager en famille ! Les filles ne s'attendaient pas à observer autant de vie dans les grands fonds et à découvrir des espèces abyssales aussi étranges dont les formes, couleurs et matières dépassent leur imaginaire.

>> Abysses 3 D est accessible aux enfants dès 5/6 ans qui seront impressionnés par les poissons en 3D sur grand écran même s'ils ne comprendront pas tous les commentaires vous pouvez leur traduire avec leurs mots.

>> En revanche Spluj est recommandée aux enfants à partir de 10 ans. Les spectateurs sont embarqués dans un passionnant voyage radiographique durant 30 minutes. Les enfants peuvent s'ennuyer s'ils ne parviennent pas à rester attentifs durant la durée de l'immersion et cela risque de déranger les voisins...

>> Changement de regard sur les abysses et prise de conscience. Les animations sont conçues pour émerveiller le public mais l'enjeu du dérèglement climatique et ses conséquences sur les océans est sous-jacent. Les Kidi-reporters ont participé à des nettoyages de plages et sont sensibilisées à l'urgence de préserver les océans. Elles s'inquiètent sur le sort de ces "poissons trop mignons et trop bizarres" qui ont sû s'adapter avec tant d'ingéniosité et parfois d'extravagance aux conditions extrêmes des grands fonds.

>> Pour conclure, si vous voulez faire découvrir à vos enfants l'habitat le plus grand et le plus fascinant de notre planète bleue, ne manquez surtout pas la découverte des XperienSea cet été à Océanopolis !!

>> Conseils de Kidiklik

  • Présentez-vous 15 min avant le début des séances devant l'auditorium ou l'amphithéâtre pour être sûre d'avoir une place, les animations étant très prisées.
  • Privilégiez le matin pour la visite du parc marin en famille !!
  • Participez aux capsules d'animation : ispositifs de médiation scientifique installés en plusieurs endroits du parc, où les médiateurs s'invitent au plus près des visiteurs, équipés de matériels en tous genres et autres objets de curiosité...L'occasion pour les enfants de poser toutes leurs questions et d'échanger avec les médiateurs...
  • Ne manquez pas le Mini-lab au pavillon Bretagne : le médiateur scientifique fait découvrir en direct les formes extraordinaires du plancton, les poissons et le bassin tactile permets aux enfants de se familiariser avec les espèces bretonnes de crustacés, oursins et autres anémones.
  • Le sentier des loutres du Pacifique est un passage obligé pour rigoler avec ces créatures facétieuses. Océanopolis est le seul aquarium en France à héberger ces loutres de mer.
  • Consultez ici le programme complet des vacances d'été

- Crédit photo @océanopolis -

Retour haut de page

Kidiklik recrute