29
le meilleur des sorties pour enfants

"Confinés, mais pas déprimés !" #6 - Rencontre avec Tiphaine Birien, médiatrice scientifique à Océanopolis

Avec notre série "Confinés, mais pas déprimés !", on vous invite à faire connaisance avec un partenaire local, joyeux, optimiste et créatif ! Cette fois, nous plongeons dans les océans en compagnie de Tiphaine, qui nous parle de son métier avec passion et de son faible pour les hippocampes !

><)))°>.><)))°>.><)))°>

Explique-nous ton métier actuel et dis-nous pourquoi tu l’aimes tant ?

Je suis médiatrice scientifique à Océanopolis, centre de culture scientifique, technique et industriel dédié à l’océan situé à Brest.

Je travaille davantage avec les scolaires à la réalisation d’ateliers éducatifs pour les élèves de la maternelle jusqu’au lycée. Je mets en place des ateliers sur diverses thématiques en tenant compte des programmes scolaires. Par exemple, pour les ateliers pédagogiques à distance (voir ci-après), j’ai travaillé sur les e-classes « plancton » et « classification des animaux marins ».

Durant les vacances scolaires, j’anime des dispositifs de médiation pour le grand public au sein du circuit de visite, au minilab ou encore à l’auditorium

♢ Un moment fort partagé avec des enfants ou ados dans le cadre de ton travail ?

Il y a beaucoup de moments forts quand on travaille avec les scolaires. Je me souviens particulièrement d’un groupe d’ados venus à Océanonopolis dans le cadre d’un atelier pédagogique. Les enseignants m’avaient prévenue que le groupe était peu concerné et qu’il faudrait peut-être adapter les horaires. Finalement, l’atelier a fini à l’heure prévue et le groupe a été très demandeur. Ils étaient surpris de pouvoir observer du plancton pêché le matin même dans le port de Brest. Ils ont pu observer le plancton au microscope et également en utilisant les nouvelles technologies (animation en 3D)… Ils ont posé des questions, se sont ouverts et ont pris goût à ce moment scientifique ! L'échange a été très riche.

♢ Enfant, quel était le métier de tes rêves ?

Quand j’étais petite, je voulais être présentatrice du journal de 20h puis, plus tard le métier d’enseignante m’attirait. J’étais déjà pipelette et dans l’échange… et donc en lien avec mon métier actuel !

♢ Comment occupais-tu ton temps libre ?

Je passais beaucoup de temps dehors, au bord de l’eau ou dans l’eau, entre Brest et Guissény où se trouvait notre maison de vacances. J’aimais beaucoup les après-midis plage avec ma cousine et mon frère. On jouait à la marchande dans les rochers qui se transformaient en magasin ! Les berniques représentaient notre monnaie et on cherchait la marchandise dans la laisse-de-mer... On avait beaucoup d’imagination ! On composait des salades ou des tartares avec des algues et de la criste marine et nos gâteaux étaient nappés de bois flotté. On était des précurseurs en gastronomie !

♢ Une anecdote rigolote concernant ton enfance ?

Quand j’étais petite, mes parents ont été surpris de me voir revenir de la salle de bain le visage rouge écarlate… Je m’étais enduite du rouge à lèvre de ma mère et je m’en étais mise partout ! La photo qui immortalise ce moment est restée dans les annales.

♢ Quelle est ta madeleine de Proust ?

Une recette simple de ma mamie pour le goûter : un bout de pain tartiné de beurre et saupoudré de copeaux de chocolat puis trempée dans un chocolat chaud ! Ça me fait penser à ma mamie et aux bons moments partagés avec elle…  J’aimais beaucoup le déguster à la plage et sentir croquer les p’tits grains de sable sous les dents…

♢ Quelle rencontre ou personnalité t’a particulièrement inspirée ?

Au collège et au lycée, deux enseignantes m’ont inspirée par leur bienveillance et leur soutien. Elles m’ont donnée envie et m’ont encouragée à poursuivre dans la filière scientifique. C’est important de se sentir soutenue à cet âge-là et de savoir qu’il y a des gens qui nous aiguillent. C’est motivant !

♢ Ton film favori ?

« L’incroyable voyage » ! C’est l’histoire de deux chiens et un chat qui, se croyant abandonnés, décident d’aller retrouver leurs maîtres et entreprennent un long voyage à travers les montagnes rocheuses. Le film mêle humour et émotion, les images sont belles et les animaux sont drôles et touchants. On le regardait en boucle avec mon frère, à tel point que la cassette s’est abîmée et qu'on ne pouvait plus le regarder.

♢ Quel est ton pavillon de prédilection à Océanopolis et ton espèce "coup de cœur" ?

Le pavillon Bretagne a ma préférence puisque c’est celui que je connais le mieux depuis toute petite ! J’ai d’ailleurs de nombreuses anecdotes croustillantes sur les espèces qui l’habitent.

J’ai un faible pour les hippocampes dont les côtés mystérieux et mythologique m’attirent.

♢ Avez-vous prévu de nouvelles animations ou autre rendez-vous pour l’après-confinement ?

La période est particulière mais nous a permis de nous réinventer.

Nous avons revisité « la Nuit européenne des chercheurs » pour la proposer en version connectée pour la première fois vendredi dernier. Idem pour les e-classes, qui nous permettent de rendre les ateliers pédagogiques plus accessibles à tous les élèves depuis la maternelle jusqu’à la terminale. (lire notre article Kidiklik sur les e-classes ici)

Nous avons lancé en septembre dernier « les [Eco]conseillers de l’océan » pour favoriser l’engagement des élèves en faveur de la préservation de milieu marin. C’est génial de voir les enfants qui se mettent en scène pour parler de ce qu’ils aiment dans l’océan et de les écouter avancer leurs idées pour mieux le respecter.

En attendant la réouverture d’Océanopolis, nous proposons plusieurs idées de cadeaux de noël utiles engagés et durables au sein de notre boutique et des entrées des abonnements à l‘année, la visite des coulisses, ou encore « soigneurs d’un jour » pour offrir une expérience inoubliable !

Nous préparons les animations pour les prochaines vacances dont une nouvelle version de plancton 3D pour cet été qui réserve de belles surprises.

♢ Une bonne raison d’emmener les enfants à Océanopolis ?

Pour s’émerveiller en famille, échanger et mieux comprendre le milieu marin tout en s'amusant et pour que nos petits citoyens continuent à prendre conscience et à s’engager pour demain. En visitant Océanopolis, vous ne découvrez pas seulement un aquarium mais un ensemble d'écosystèmes reconstitués qui vous apporte des connaissances infinies sur la biodiversité marine !

Merci Tiphaine ! Ne ratez pas les autres épisodes de la série "Confinés mais pas déprimés ! "

Et découvrez nos articles pour occuper les enfants pendant le confinement ou pour trouver une idée de cadeau 100% Finistère

Interview réalisée en novembre 2020 par Laëtitia Scuiller Kidiklik 29

Retour haut de page

Kidibox